Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 décembre 2012 1 03 /12 /décembre /2012 17:48

Intervention du conseiller général Jean-Louis Barth sur le débat d'orientations budgétaires lors de la séance du Vendredi 23 Novembre 2012.

 

Monsieur le Président, vous venez de nous peindre un large tableau de tout ce qu’il est souhaitable d’entreprendre pour le fonctionnement et le développement de notre département et vous êtes même entré d’assez près dans les détails. Seulement, nous constatons une fois encore, que le texte dont nous disposions et le commentaire qui nous en est fait, sont en décalage. C’est ici à votre présentation écrite que je veux réagir. Mais de ce fait, et compte tenu de la conjoncture ainsi que des incertitudes que vous avez évoquées, il nous faudra attendre le projet de budget primitif lui-même pour nous faire une idée concrète de ce que sera votre action en 2013.

Sur votre présentation du contexte économique, financier, social et institutionnel, il n’y a rien à redire. Le changement a eu lieu au sommet de l’Etat, la majorité a changé. Mais ce n’est pas pour autant que la crise qui affecte l’Europe comme notre pays, va pouvoir être surmontée dans l’immédiat. La hausse soudaine du nombre de fermetures d’entreprises, – au second semestre  comme par hasard – et leur lot de licenciements contribuent à aggraver encore la situation.

Vous voulez, avec optimisme, investir afin que notre département puisse tirer pleinement partie des effets de la reprise. En cela nous vous suivons. Cette reprise se manifestera, je n’en doute pas… Mais tout est question de délai.

Après ces observations d’ordre général, j’évoquerai plus précisément certains domaines.

D’abord, vous semblez dire que la Région et l’Etat diffèrent, et que cela remettrait en cause la réalisation de certaines infrastructures nécessaires à notre département. Il n’est pas question ici de défendre aveuglément la Région ou l’Etat au nom de considérations partisanes. Nous sommes, comme vous, attachés en priorité à défendre les intérêts de notre département. Mais nous ne pouvons tout de même pas laisser croire que, jusque-là, tout allait bien, que les projets étaient mis en œuvre, les financements assurés et que, brusquement, tout serait remis en cause. Pour ne prendre qu’un exemple, depuis que je siège dans cette assemblée – depuis bien longtemps, donc ! – j’entends parler de la Tangentielle ouest. Or, elle n’est toujours pas achevée, c’est dire !

Vous rappelez que les collectivités locales disposent de ces excellents outils que sont l’Etablissement Foncier Public des Yvelines et la SEM « Yvelines aménagement ». Permettez-moi une suggestion. Ne serait-il pas judicieux de compléter ce dispositif par une Agence Départementale de Développement Economique ? Elle serait fort utile pour trouver des repreneurs pour des locaux abandonnés par des entreprises ayant cessé leur activité. J’ai un exemple précis à l’esprit, mais cela vaut bien sûr ailleurs. Cela permettrait aussi d’accompagner les acteurs locaux du développement engagés en dehors de leurs secteurs prioritaires.

Toujours dans le domaine économique, le Plan de soutien à l’Automobile est arrivé à échéance. Il sera donc renouvelé en 2013. Mais avant de fixer les orientations d’un nouveau plan, ne serait-il pas utile de procéder à une évaluation de ce que cette politique a permis de développer, notamment des innovations technologiques originales qui auraient renforcé la compétitivité de nos constructeurs automobiles ? Et, d’évaluer aussi les retombées de cette politique en termes d’activité économique et, surtout, d’emplois, alors que le chômage augmente encore.

Nous sommes à vos côtés pour faire une priorité du soutien départemental à la recherche et à l’innovation. Je pense notamment au pôle VEDeCom. Mais là encore, il faut se soucier des retombées, c’est-à-dire du fait que la recherche entraîne l’installation dans notre département d’activités de production créatrices d’emplois.

S’agissant du CDOR, nous nous félicitons d’avoir apporté notre contribution pour faire évoluer ce dispositif. Il reste à le compléter en définissant un CDOR rural. Mais je tiens à vous remercier de nous avoir associés à la réflexion et à remercier nos collègues de la majorité, en particulier Monsieur Tautou, qui nous a permis de travailler ensemble de façon positive.

La politique contractuelle va évoluer, avez-vous annoncé. Nous y serons attentifs, de même que nous le serons à l’élaboration d’un nouveau pacte territorial. Etant donné l’importance de celui-ci, il nous paraît indispensable que se tienne un débat préalable avant que n’arrive devant l’Assemblée, ou devant les commissions, un projet tout ficelé. Nous avons déjà procédé de la sorte en d’autres occasions.

S’agissant des Chantiers d’insertion, notre soutien dépendrait de critères d’évaluation. Il serait indispensable de tenir compte également du fait que les bénéficiaires de ce dispositif sont souvent très éloignés de l’emploi. Les faire accéder à un emploi pérenne est un travail de longue haleine et les résultats sur l’emploi et l’insertion sociale sont, dans certains cas, progressifs et bien laborieux.

S’agissant des déplacements, nous ne pouvons que renouveler notre demande que soit réalisée une étude à l’échelle du département pour définir les besoins des populations et des territoires. Ainsi, on parle beaucoup de la ligne verte. Mais si l’on ne voit pas qu’il est tout aussi nécessaire de permettre à l’ensemble des habitants d’accéder à ces gares, elles se transformeront en vastes parkings. Dans notre schéma de développement durable, cela ferait un peu tâche !

Le déploiement de la fibre optique sur l’ensemble du département avait fait l’objet d’une étude à marche forcée jusqu’au premier semestre 2012. Depuis lors, plus rien… Une commission devait se réunir au début de ce trimestre, elle a été reportée. Pouvez-vous faire le point sur ce dossier de première importance pour l’aménagement de notre territoire et pour sa compétitivité ?

Sur le plan social ensuite, vous décrivez ainsi la mission du Conseil général : « faire de la solidarité envers les personnes les plus vulnérables sa priorité». Cependant,un certain nombre de décisions que vous avez prises contredisent cette affirmation. J’en veux pour preuve la suppression de la gratuité de la carte Améthyste ; l’abandon des campagnes de vaccination ; la réduction des aides distribuées aux associations de proximité – ou plutôt à certaines d’entre elles, car toutes ne sont pas logées à la même enseigne – qui travaillent avec les espaces territoriaux ; le recentrage des compétences obligatoires pour l’aide aux familles précaires dans le budget primitif 2012 ; la fermeture de centres de PMI et de planification familiale, qui relève d’une vision comptable et non d’une politique de proximité. Pour nous, il est indispensable de préserver l’aide aux associations caritatives locales, au moment où le programme européen d’aide aux plus démunis est remis en cause, alors même que de nombreuses familles sont de plus en plus pauvres.

S’agissant du regroupement de services et de leur mutualisation, ils ne nous semblent justifiés que s’ils apportent réellement un meilleur service aux usagers. Quant à l’accueil familial des personnes âgées que vous avez évoqué, il nécessite un contrôle strict car les personnes ainsi prises en charge peuvent être victimes d’abus. Je connais des exemples d’autres départements où, dans le silence, ces personnes ont été livrées à la maltraitance. Peut-être l’accueil familial est-il une bonne solution, mais seulement s’il fait l’objet d’un contrôle serré.

Selon le rapport du Conseil économique et social sur la dépendance des personnes âgées en Ile-de-France, les Yvelines ont un des plus bas taux d’équipement en EHPAD et en EHPA de la région. Cela ne répond pas au vieillissement de notre population et explique pourquoi il faut recourir à des placements lointains et coûteux. Il est nécessaire, chacun en est convaincu je pense, de remédier à cette situation.

Par ailleurs, nous prenons acte avec satisfaction de la mise en œuvre de la réforme de la tarification de la restauration scolaire. Voilà ainsi satisfaite une demande que nous avions formulée depuis plusieurs années.

J’en viens à la communication. Certes, la démocratie exige que le citoyen soit informé de l’activité de ses élus et des institutions qui ont en charge l’intérêt général. Il nous semble cependant que le budget qu’y consacre le Département, toutes charges confondues, devient de plus en plus important. Pouvez-vous faire le point sur cette question ?

Je pourrais aborder bien d’autres sujets, mais, pour conclure, comme je l’indiquais d’emblée, nous attendons le projet de budget primitif que vous allez nous présenter. C’est à sa lecture que nous verrons vraiment, en fonction des moyens consentis, quelles sont les priorités de l’action départementale pour 2013.

- - -

Jean-Louis BARTH

Conseiller général

Membre de la Commission Finances

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Groupe des Elus de Gauche des Yvelines - dans discours et interventions
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Groupe des élus de gauche des Yvelines
  • : Blog d'expression politique des élus socialistes, communistes et écologistes du Conseil général des Yvelines
  • Contact

Recherche